Une longue saga

L'ASBEC organise un débat public le 7 novembre 2005

C o n t e x t e

 

Cette prochaine décennie, Bernex va connaître des changements fondamentaux dans sa structure avec l’arrivée du tram et l’urbanisation de Bernex-Est.

La commune saura-t-elle garder une taille humaine ?

Les nouveaux aménagements profiteront-ils à ses habitants ?  Voyons ce qu’il en est du tram. 

 

Un contexte favorable

Rappelons que le Grand Conseil s’est prononcé en faveur de l’urbanisation de Bernex-Est dans le cadre du plan directeur cantonal, et, en 2003, a décidé de la réalisation d’une ligne de tram en direction d’Onex – Bernex : de son petit nom TCOB (tram centre-ville – Onex - Bernex). Deux lignes sont prévues : les 18 et 19 en direction de Meyrin pour l’une et la gare des Eaux-Vives pour l’autre.

La Confédération l’a retenue dans la liste des 18 projets urgents et est prête à payer 90 des 180 millions de francs du projet. C’est une chance et une garantie supplémentaire que le projet se réalise rapidement. Jusque-là tout va bien. 

Cela se gâte ensuite lorsque le groupe de suivi État – Communes, chargé de proposer un terminus, rend son rapport en proposant d’arrêter le tram au P+R, à la sortie de l’autoroute.

 

« Une solution imbécile »

Ce groupe de suivi a-t-il été aveuglé par le projet d’urbanisation de Bernex-Est ou oublié que l’objectif d’amener le tram à  Bernex était d’améliorer la desserte du village et non de la péjorer. En effet, avec l’arrêt prévu au P+R, la détérioration de la desserte du village aurait été catastrophique : un bus sur trois avec transbordement au P+R et impossibilité de réhabiliter la rue du village, tant attendue par ses riverains. 

A ce moment-là, l’ASBE, l’association pour la sauvegarde de Bernex et environs, intervient avec succès dans le débat – à l’agacement de certains élus communaux -  pour obtenir que le terminus du tram soit localisé à l’ouest du village grâce à son lobbying auprès des autorités cantonales et communales. Un tous ménages et l’organisation d’un débat public au cycle de Vuillonnex avec la participation du conseiller d’État Laurent Moutinot et des élus de Bernex et Confignon complètent la démarche. 

Le conseiller d’État communique à cette occasion la position du Conseil d’État favorable à un terminus à l’ouest du village, qualifiant au passage les conclusions du groupe de suivi d’arrêter le tram au P +R « de solution imbécile ». Le 5 décembre, le Conseil d’Etat confirme dans son communiqué de presse hebdomadaire, que la future ligne de tram Cornavin-Onex-Bernex (TCOB) se prolongerait au-delà de la croisée de Confignon afin d’assurer une desserte optimale de la localité de Bernex. C’est la variante que soutient l'ASBEC.


Il est intéressant de noter que lors du débat public, qui a vu la présence de 170 personnes, seuls quelques élus se sont opposés à la continuation du tram au delà du P+R, ils se retrouvent curieusement dans les chauds partisans du déclassement de Bernex-Est. Les habitants présents étaient eux favorables au prolongement de la ligne. Le tracé optimum, qui a soulevé beaucoup de questions, doit toutefois encore être déterminé avec précision.

ASBEC 2005

 

L'ASBEC obtient gain de cause: le TCOB sera prolongé !

Compte-rendu Tribune de Genève 9.11.05

Actualités

CourrielASBEC@bluewin.ch

Pour recevoir régulièrement nos informations communiquez nous votre nom et votre adresse électronique